MERCEDES 1958 190 SL

À l’état originale provenant de Monaco en Europe, voiture fiable et très confortable. La valeur montante de cette européenne n’a pas fini d’étonner l’investisseur averti.

DESCRIPTION DU PRODUIT

À l’état originale provenant de Monaco en Europe, voiture fiable et très confortable.

La Mercedes 190 SL, dont le prototype fut annoncé en 1954, devait être une version réduite du fameux modèle 300 SL; cependant, la production initiale n’a débuté qu’en 1955, après plusieurs modifications importantes au concept d’origine.

Durant ces 8 années de production, cette voiture n’a pas eu l’attention qu’elle méritait. Elle fut construite à une époque où Mercedes-Benz fabriquait aussi plusieurs autres modèles plus exotiques et plus performants; que l’on pense seulement aux cabriolets et coupés 300 S, aux limousines et aux coupés de série limitées 220 S et 220 SE, aux 300 SL  » Gullwing » et roadsters, la 300 SLR, etc. pour ne nommer que ceux-là. Mais elle était surtout dans l’ombre de la 300 SL avec laquelle on la comparait souvent. Cependant, tous s’accordent à dire aujourd’hui qu’il n’aurait pas fallu évaluer la 190 SL par rapport à la 300 SL, la première étant une voiture sport de tourisme et la deuxième une véritable voiture de course sous tous les aspects, mais habillée pour la route..

La carrosserie d’allure sportive de la 190 SL ressemblait beaucoup à celle de la 300 SL, mais possédait des portières s’ouvrant de façon conventionnelle (quelques années plus tard, la 300 SL roadster reprit ce concept). Elle était offerte en version cabriolet et en version coupé avec toit métallique amovible. L’intérieur était  très bien pensé, fonctionnel, spacieux, confortables et très luxueux, notamment avec revêtements en cuir véritables; rien ne manquait. Autre avantage: le coffre à bagages était très logeable.  Déjà à cette époque ce modèle arborait un châssis-plateforme  et une caisse autoportante ainsi qu’une suspension indépendante aux quatre roues.

Le moteur quatre cylindres de 1897 cm3 possédait deux carburateurs horizontaux et produisait 105 chevaux dans sa version européenne et 125 dans sa version américaine, ce qui, avec sa transmission à quatre rapports, lui permettait des vitesses de pointe respectives de 170 et 190 kilomètres/heure et tout cela avec une consommation inférieure à 10 litres aux 100 kilomètres !

Les revues spécialisées de l’époque n’avaient que des éloges pour la 190 SL. Sports Illustrated, The Autocar, Road & Track, etc, ont toutes vanté son moteur doux, silencieux et souple, sa puissance pour une aussi petite cylindrée 9plus de 1 hp par pouce cube); la précision de sa transmission; sa tenue de route sans défaillance, qui corrige même les erreurs du pilote; sa vitesse de pointe élevée; la solidité et la qualité dans ses moindres détails; le grand confort, le luxe, le raffinement, le silence de roulement une fois le toit fermé, etc., le tout justifiant son prix élevé.

C’est une voiture toujours agréable à conduire, même selon les normes d’aujourd’hui.

Le modèle fut construit de 1955 jusqu’au début de 1963; la production totale s’est élevée à 25,881 unités dont seulement 104 en 1963, année de l’introduction de la 250 SL. Le prix de base d’un cabriolet sur la côte américaine  (New-York) en 1955 était de 3,998$ et, à la fin de la production, de près de 6,000$, ce qui était alors très élevé.

La 190 SL figure aujourd’hui parmi les modèles de Mercedes les plus recherchés des collectionneurs, spécialement depuis une douzaine d’années; elle a été longtemps négligée, mais on lu reconnaît aujourd’hui ses qualités; elle a d’ailleurs  été acceptée par la Milestone Car Society vers 1980.

Souvenez vous aussi que cette voiture est la première d’une lignée de SL qui se poursuit glorieusement aujourd’hui.